Vitrages isolants:
quand la matière est plus isolante que le vide

Pour rendre les vitrages isolants, la solution la plus commune jusqu’à ce jour consistait à emprisonner de l’air déshydraté entre deux verres. Aujourd’hui une nouvelle piste est donnée avec le développement de matériaux isolants transparents: les aérogels de silice.

Constitués de microbilles de verre poreux à base de dioxyde de silicium amorphe, ces gels ont une densité à peine plus élevée qu’un nuage de brouillard. Pour les obtenir, on fabrique d’abord un gel qui se structure en un réseau. Puis on dessèche ce gel afin de former des pores remplis d’air. On obtient ainsi un aérogel fait de 99% d’air pour 1% de matière avec une densité de 25 mg/cm3. Ces matériaux peuvent accroître leurs performances d’isolation en étant partiellement vidés en deçà de 0,01atm.

Des progrès restent néanmoins à faire au niveau de la transparence de ce type de vitrage, mais les recherches en cours , notamment celles du CSTB, devraient venir à bout de cet inconvénient. Lorsqu’il est mis en œuvre avec un vitrage à faible émissivité, cet aérogel permet de réduire considérablement - d’au moins 2/3 - les pertes d’énergie par rapport à un double vitrage classique (K=1,1W/m2°C). Mais au vu de leur transparence réduite, les applications de ce type de vitrage se cantonnent pour l’instant aux coupoles, verrières de toit ou cages d’escaliers où les qualités de transparence des verres ne sont pas primordiales.

Dr Peter TSOU, ineventeur de l'aérogel
Prototype de vitrage isolant à base d'aérogel de silice
Pour en savoir plus...
C.S.T.B.

4, avenue du Recteur Poincaré
75016 PARIS

Tél : (0)1 40 50 28 28
Fax : (0)1 45 25 61 51

http://www.cstb.fr